Portage salarial : Tout comprendre en 5 minutes !

Le portage salarial est une forme de travail qui permet d’exercer une activité de consultant indépendant sous forme de missions de prestation, tout en bénéficiant d’un contrat de travail salarié. Il s’agit d’une relation tripartite entre le consultant, l’entreprise cliente et la société de portage. Dans ce guide, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir pour devenir consultant en toute sécurité.

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Depuis la loi du n°2008-596 du 25 juin 2008, sur la modernisation du marché du travail, la définition du portage salarial est :

« un ensemble de relations contractuelles organisées entre une entreprise de portage, une personne portée et des entreprises clientes comportant pour la personne portée le régime du salariat et la rémunération de sa prestation chez le client par l’entreprise de portage. Il garantit les droits de la personne portée sur son apport de clientèle ».

Il s’agit de la première définition officielle du portage, qui existe pourtant depuis la fin des années 70. Il a donc fallu près de trois décennies de discussions et de textes de loi avant la reconnaissance juridique de cette forme d’emploi en France. Depuis, ce cadre réglementaire s’est renforcé avec la mise en place d’une Convention collective de branche par les partenaires sociaux afin de sécuriser l’activité des salariés portés.

Concrètement, un consultant porté effectue une prestation pour une entreprise cliente. Cependant, c’est une entreprise de portage salarial (EPS) qui établit tous les accords régissant cette relation tripartie :

  • une convention de portage avec le salarié porté, qui définit les modalités générales de la collaboration, ainsi que sa caisse d’affiliation pour la retraite, la mutuelle santé… ;
  • un CDD ou un CDI comprenant les clauses classiques d’un contrat salarié ;
  • un contrat commercial avec le client pour chaque mission, reprenant les conditions d’exécution convenues entre le prestataire de services et le client (nature, durée/calendrier, honoraires…).

schema guide portage

Le portage salarial face aux évolutions du monde du travail

La pandémie de Covid-19 a bouleversé le monde du travail en profondeur. Le changement le plus notable est sans doute celui de la grande démission ou « Big quit », comme le désignent les Américains, où le phénomène semble avoir été le plus marqué et le plus médiatisé avec 4 millions de salariés qui ont quitté leur emploi chaque mois l’an dernier.

En France aussi, bien que dans une moindre mesure par rapport aux États-Unis, les démissions et ruptures conventionnelles ont nettement augmenté. Au cours du 4e trimestre 2021, il en a été comptabilisé plus de 620 000, ce qui représente 6 % de la population active. Et la tendance ne semble pas près de s’inverser sur un marché de l’emploi dynamique dans un contexte de reprise post-pandémie.

Un autre fléau gagne du terrain : forme d’épuisement professionnel moins connu que le burn-out et le bore-out, le brown-out se manifeste par le désengagement du salarié. Ce dernier ne trouve plus sa place dans l’entreprise, et ne comprend plus son rôle ou l’utilité de sa fonction, voire de son métier. Mais par crainte de ne pas retrouver d’emploi dans une conjoncture difficile, il n’ose pas partir. Il se contente alors du minimum, sans entrain. Ces salariés en perte de sens développent des troubles du comportement (repli sur soi, cynisme, démotivation…) et potentiellement à des maux physiques ou mentaux. Et faute d’action appropriée par leur employeur, le risque est la rupture.

Les attentes des salariés en 2022 sont variées :

  • la flexibilité dans leur emploi du temps, avec des horaires moins contraignants et/ou la possibilité de télétravailler au moins un jour par semaine ;
  • la recherche d’un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle ;
  • la quête de sens dans le travail, en exerçant un travail plus en phase avec leurs valeurs et leurs aspirations ;
  • le besoin d’autonomie et de défis à relever ;
  • la recherche d’une rémunération attractive et non plafonnée à la hauteur de leurs compétences ;
  • le besoin de reconnaissance ;
  • l’envie de sortir d’une structure hyper hiérarchisée.

Ces différents facteurs favorisent l’entrepreneuriat en France. Certes, les entrepreneurs n’ont pas été épargnés par la crise. En raison des confinements, l’activité de milliers d’entre eux a été mise à l’arrêt ou ralentie pendant des mois, entraînant un effondrement de leur chiffre d’affaires. Pour autant, l’aventure entrepreneuriale continue de séduire les Français. Le nombre de créations d’entreprises a explosé en 2021 et se poursuit en 2022. Aujourd’hui, 10 % des actifs exercent sous l’un des statuts indépendants existants (contre plus de 30 % de l’autre côté de l’Atlantique). Dans l’Hexagone, la micro entreprise détient une part majoritaire avec 60 % des immatriculations en 2021.

Une réponse aux nouvelles exigences des actifs

Cependant, le portage salarial connait également un franc succès. Depuis quelques années, cette forme d’emploi enregistre une progression à deux chiffres, et elle devrait jouer un rôle encore prépondérant dans la nouvelle économie qui se dessine. Il est vrai qu’en alliant liberté et sécurité, il répond aux exigences prioritaires des travailleurs.

  • Les salariés portés choisissent librement leurs clients, avec une place grandissante accordée aux notions de valeurs partagées, d’écologie, d’utilité sociale. En outre, ils définissent directement avec le client les contours de la mission et les conditions de son exécution.
  • Ils gèrent leur temps à leur guise en tenant compte de leurs impératifs personnels ou familiaux.
  • Ils conservent le statut de salarié, ce qui leur donne droit à la couverture sociale étendue du régime général, mais sans les soumettre à un quelconque lien de subordination. Cette sécurité est d’autant plus importante que la crise sanitaire a mis en lumière la précarité de la situation des indépendants en cas de baisse d’activité et de maladie.
  • En variant les missions, les environnements, en relevant continuellement de nouveaux défis, ils ne subissent pas la routine, source de démotivation.
  • En définissant eux-mêmes leurs objectifs, et en mettant en œuvre les moyens nécessaires pour les atteindre, ils sont acteurs de l’évolution de leur carrière.
  • Ils se déchargent de toutes les contraintes administratives inhérentes à la création de leur propre société et à sa gestion au quotidien.

Pour les professionnels possédant une expertise reconnue, une solide expérience et une capacité à travailler de manière autonome, le portage salarial est indéniablement la solution idéale.
Autre avantage, en plus du renforcement du cadre réglementaire du statut, les règles relatives au chômage ont été assouplies. L’octroi d’allocations est désormais possible en cas d’arrêt total de l’activité du travailleur indépendant, et le chômage partiel est étendu aux salariés porté.

Une forme de collaboration qui séduit également les entreprises

Les travailleurs ne sont pas les seuls à se tourner de plus en plus vers le portage salarial. Face à d’importantes difficultés à recruter dans la plupart des secteurs et à tous les niveaux de compétences, des ouvriers aux cadres, les entreprises font le choix de solliciter des consultants portés pour gagner en flexibilité et se constituer un vivier de compétences dans les expertises métiers et/ou qui leur manquent.

Et grâce à la démocratisation du télétravail, les dirigeants ont l’assurance d’obtenir des prestations de qualité, même à distance. Enfin, la richesse de l’expérience des salariés portés apporte un regard neuf sur leurs problématiques, ce qui représente un atout de taille pour leurs propres performances et leur compétitivité.

D’ailleurs, face à un climat économique incertain, les établissements doivent faire attention à leurs dépenses. Il est bien plus simple de mettre en place et payer une prestation commerciale à une société de portage.

Quelques chiffres sur le portage salarial

Le rapport de branche du portage salarial 2022 livre des enseignements intéressants basés sur les statistiques de l’Insee pour 2019. Le secteur est en pleine croissance, tant en nombre d’acteurs qu’en chiffre d’affaires.

  • Le nombre d’EPS actives est passé de 225 à 330 entre 2015 et 2019. Pour rappel, le qualificatif d’« active » s’applique à une société de portage active ayant versé un salaire à au moins un de ses collaborateurs portés au cours de l’année.
  • Le nombre de salariés des EPS a légèrement baissé (-3 %) en 2019 par rapport à 2018. L’Insee en comptabilisait 33 010, contre 33 998 l’année précédente. Cette évolution négative contraste avec la croissance observée entre 2016 et 2017 (+19 %, passant de 26 702 à 31 907), et entre 2017 et 2018 (+7 %). Cet effectif comprend les salariés permanents des EPS, mais ils ne représentent en moyenne que 3 % du total.
  • La masse salariale brute du secteur a atteint 670 millions d’euros en 2019, en hausse de 9 % sur un an et de plus de 50 % en 3 ans, à 441 millions d’euros en 2016. Or, le nombre de salariés des EPS est en repli. Cela signifie que la rémunération moyenne de ces derniers est plus élevée.
  • Depuis 2015, avec la mise en place d’un cadre réglementaire spécifique au portage salarial, le chiffre d’affaires a progressé, franchissant pour la première fois le seuil symbolique du milliard d’euros en 2018. En 2019, il grimpe à 1,2 milliard d’euros (+10 %). Pour estimer ce CA, les auteurs de l’étude se sont basés sur la masse salariale brute de 670 millions d’euros majorée des cotisations sociales patronales (taux 45 %), du remboursement des frais professionnels des consultants portés et de l’épargne salariale (taux 15 %) et des frais de gestion (taux 10 %).

Comment fonctionne le portage salarial ?

Le portage salarial fonctionne sur la base d’une relation contractuelle tripartite entre une société de portage salarial, un freelance et ses clients.

  • Le freelance recherche des missions et une fois le contact établi avec le client, il en négocie les modalités d’exécution : nature des prestations, deadlines, montants de ses honoraires, lieu d’intervention si le travail nécessite sa présence dans les locaux, des déplacements loin de son domicile…
  • La société de portage vérifie que le candidat répond aux critères de qualifications, de compétences et d’autonomie requises pour exercer en tant que salarié porté dans le domaine souhaité.
  • Elle établit les différents documents qui formalisent la relation, effectue la déclaration d’embauche du salarié porté, ainsi que les obligations liées à sa santé au travail (visite médicale d’embauche, etc.).
  • Le consultant réalise sa mission et remplit chaque mois sa déclaration d’activité, sur la base de laquelle sa rémunération est calculée.
  • La société de portage facture les prestations, encaisse le règlement du client, déclare et verse les charges sociales aux organismes concernés, et après les différents prélèvements, transforme le reste du chiffre d’affaires de son collaborateur porté en salaire. Elle lui remet par la même occasion le bulletin de paie correspondant.
  • En fin de mois, elle tient à la disposition de chaque salarié porté un compte d’activité à jour concernant les paiements effectués par chaque client, les déductions qui s’y rapportent (frais de gestion, cotisations sociales, impôt), mais également des éléments de sa rémunération, comme les congés payés, l’indemnité d’apport d’affaires, etc.
  • Le consultant porté poursuit sa prospection, développe son offre et approfondit ses compétences au travers des ateliers organisés par la société de portage ou par ses propres actions de formation.

schema portage

Des documents contractuels permettent de définir le cadre des relations entre ces trois acteurs.

La convention de portage :

La convention de portage précise les conditions de collaboration entre la société de portage et vous concernant la recherche des missions, la facturation, votre rémunération et les honoraires perçus par la l’établissement de portage.

Le contrat de mission :

Également appelé « bon de commande », le contrat de mission est conclu entre vous, votre client et la société de portage. Il comporte les éléments suivants : nature de la mission, montant des prestations, durée et rythme de la mission, responsabilités juridiques, délais et modalités de paiement, mais aussi frais professionnels ou frais de mission.

Le contrat de travail :

Il intervient quand la convention de portage et le contrat de mission ont été signés. Durant la période de mission, vous êtes salarié au sein de la société de portage. Le contrat de portage salarial peut être à temps partiel en CDD ou en CDI. Il est toujours possible possible pour le consultant de le rompre s’il le souhaite.

Consultez notre guide du portage salarial pour obtenir des informations plus détaillées sur son fonctionnement du .

Qui peut faire du portage salarial?

profils des consultants en portage salarial ?

Le portage salarial s’adresse à différents types de profils qui souhaitent se tourner vers l’indépendance en limitant les risques et les contraintes :

Le consultant ou l’indépendant (ou freelance)

Souhaitant se libérer des contraintes administratives, comptables et fiscales pour se consacrer exclusivement à son métier. La société de portage et prend en charge le volet administratif dans son ensemble. De plus, ce régime n’impose aucun plafond de chiffre d’affaires, contrairement à celui de la microentreprise. Enfin, le travailleur porté profite d’une couverture sociale complète relative au statut de salarié.

Le créateur d’entreprise

Soucieux de tester son projet et trouver ses premiers clients avant de créer sa société : l’EPS lui fournit la structure nécessaire pour démarrer immédiatement son projet, sans avoir à effectuer des formalités chronophages ni à réaliser des investissements lourds.

Le cadre à la recherche d’une solution pour facturer des missions :

Entre deux emplois salariés, le conseil, la formation, ou le management de transition dans le cadre d’opérations de restructuration, de fusion-acquisition, etc., offrent de nombreuses opportunités de générer des revenus et d’élargir son réseau.

Le senior ayant l’intention de conserver une activité professionnelle

Pour cumuler emploi et retraite : le portage salarial permet de travailler à temps partiel pour valoriser son expertise, partager son savoir et rester actif, tout en percevant une rémunération qui complète sa pension. S’il n’a pas encore liquidé ses droits, le versement de cotisations sociales liées aux missions effectuées donne droit à la validation de trimestres de retraite supplémentaire.

Le jeune diplômé à la recherche d’une première expérience professionnelle :

Faute de trouver directement un poste salarié, des missions en portage représentent un moyen efficace d’étoffer son cercle de relations et de renforcer ses compétences.

Le demandeur d’emploi

Souhaitant l’utiliser comme tremplin vers une embauche : l’appartenance à un réseau de consultants et la multiplication de missions, même de courte durée, favorise l’accès à un emploi salarié.

Le consultant à l’international :

Tout en effectuant des missions à l’étranger, il continue de bénéficier des avantages sociaux accordés à n’importe quel salarié français.

Quels sont les principaux métiers possibles en portage salarial ?

Les principaux métiers possibles se divisent entre prestations intellectuelles et prestations commerciales.

Les métiers de la prestation intellectuelle :

  • le conseil ;
  • l’informatique : ingénieur informatique, développeur, ingénieur internet et multimédia, ingénieur réseau et télécommunication, architecte réseau… ;
  • les ressources humaines : gestion des talents, recrutement, gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences ;
  • le management : audit, management de transition ;
  • la formation et le coaching ;
  • le marketing et la communication : consultant en marketing, chargé d’études marketing), la communication (plans de communication, stratégie, événementiel… :
  • la finance : conseil en gestion financière, conseil en communication juridique et fiscal…
  • l’ingénierie ;
  • le design et le graphisme ;
  • le supply chain management et la logistique,
  • l’audiovisuel, etc.
  • la gestion de projet ;
  • le conseil en environnement, démarche qualité ;
  • le secrétariat ;
  • la traduction, la rédaction ;
  • la maîtrise d’ouvrage en bâtiment ;
  • etc.

Les métiers de la prestation commerciale :

  • vente de services,
  • développement commercial
  • transactions immobilières (chasseur, mandataire),
  • etc.

En revanche, la réglementation exclut du périmètre du portage salarial :

Les professions réglementées

Régies par l’État ou par un ordre, les métiers réglementés impliquant d’importantes responsabilités, car elles se rapportent à la santé des personnes, ou peuvent avoir des conséquences juridiques ou financières lourdes. C’est le cas des médecins, des experts-comptables, des avocats, des notaires, des architectes. Il est toutefois possible de cumuler l’une de ces fonctions avec un autre emploi exercée en tant que salarié porté (conseil formation…)

Le service à la personne

Conformément aux dispositions du Code du travail dans l’article 7231-1, les services à la personne sont interdits en portage salarial, en raison notamment de l’obligation de demande agrément ou de transmission d’une déclaration aux organismes de l’État. Ces métiers concernent :

  • la garde d’enfants et le soutien scolaire ;
  • l’aide aux seniors ou aux personnes handicapées dans les actes quotidiens ;
  • les petits travaux à la maison, le jardinage, les corvées ménagères ;
  • le dog-sitting ou la garde d’autres animaux de compagnie.

Le portage salarial est-il possible à l’international ?

Un autre avantage est la possibilité d’effectuer la mission sans quitter le territoire français ou à l’étranger, dans le pays d’implantation du client, mais sans être pour autant expatrié. Le portage salarial international permet :

  • de travailler en toute liberté depuis l’étranger sous le régime français ;
  • ou d’effectuer une mission pour un client étranger tout en conservant tous les avantages sociaux des salariés français.

L’EPS établit les différents éléments qui formalisent la relation, la facturation des honoraires convenus entre le consultant et le client, ainsi que le recouvrement et l’encaissement. Les différentes obligations administratives sont également à sa charge. Le portage salarial offre ainsi une grande sécurité et un grand confort de travail au freelance qui effectue une mission avec une dimension internationale. La contractualisation par la société de portage sécurise son travail, lui donne davantage de crédibilité, et facilite les négociations avec l’entreprise étrangère.

Comment trouver des missions et lancer son activité en portage salarial ?

En portage salarial, la prospection incombe au consultant. Voici les meilleures pistes à exploiter pour décrocher des missions.

  • Mobiliser son réseau personnel et professionnel par le biais du bouche-à-oreille : anciens clients/employeurs/collègues/maîtres de stage, personnes connues lors d’évènements professionnels… À défaut de fournir eux-mêmes de missions, ces contacts peuvent recommander les services du freelance à leurs propres relations.
  • Participer à des évènements professionnels : salons et foires, évènements networking, autres rencontres physiques ou virtuelles.
  • Répondre aux offres de missions publiées sur les plateformes dédiées, qu’elles soient généralistes ou consacrées à une filière (bâtiment, hôtellerie/restauration, IT…) ou à un métier (commercial, rédacteur SEO, développeur web…).
  • Travailler son « personal branding », qui consiste à mettre son expertise en avant sur internet (site personnel) et sur les réseaux sociaux, à commencer par LinkedIn. Outre la présentation de ses compétences et son expérience, les publications et réactions aux publications des membres du réseau sont indispensables.
  • Accéder aux offres de missions proposées par les entreprises partenaires.
    Ces solutions représentent également un excellent moyen pour trouver d’éventuels partenaires et soumissionner ensemble à des appels d’offres pour des missions requérant des compétences dans différentes disciplines.

Quel salaire en portage salarial ?

Le calcul du salaire net se traduit généralement par la moitié du chiffre d’affaires généré. Mais grâce à ABC Portage, il est possible de faire mieux que ces 50 %. La rémunération finale du salarié porté se calcule en cinq étapes

salaire portage salarial

  1. Facturation du montant des honoraires hors taxes (CA HT) : le nombre d’heures ou de journées travaillées est multiplié par le Taux Horaire Moyen ou le Taux Journalier Moyen.
  2. Prélèvement des frais de gestion de la société de portage : un pourcentage variant entre 5 % et 15 % est appliqué au CA HT.
  3. Déduction des cotisations sociales patronales (environ 45 % du CA HT), puis des charges salariales (environ 20 % du CA HT).
  4. Obtention de lé rémunération net (entre 46 % et 54 % du montant facturé HT).
  5. Optimisation de la rémunération du salarié porté grâce à différents dispositifs comme l’épargne salariale (PEE ou PERCO), le remboursement des frais de fonctionnement au réel sur présentation des justificatifs ou au forfait (à distinguer des frais de mission facturés au client) ou encore l’achat de chèques CESU préfinancés.

Pour avoir une estimation plus précise de sa rémunération net, les outils de simulation de portage salarial sont gratuits, rapides et efficaces.

Important : la convention collective du portage salarial impose un revenu minimum garanti aux travailleurs portés, pour l’équivalent de 70 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale.

Quels sont les types de contrats en portage salarial ?

Le contrat de travail signé peut être à durée indéterminée (CDI) ou à durée déterminée (CDD). Dans les deux cas, le consultant bénéficie des droits sociaux liés au statut de salarié, au même niveau de service et à l’assurance responsabilité civile professionnelle de la société.

Le CDI est intéressant, car associé à la sécurité de l’emploi, il facilite l’accès au crédit bancaire, au logement et à d’autres projets importants. Néanmoins, le salarié doit être certain de décrocher des missions régulières et/ou longues afin d’éviter les périodes sans revenus, puisque l’établissement de portage n’a pas l’obligation de le rémunérer lors de ses périodes d’inactivité (intermission).

Comparaison de différents statuts pour devenir indépendant

Vous êtes nombreux à hésiter entre choisir le statut portage salarial et d’autres formes de statuts juridiques permettant de devenir freelance. Outre le portage salarial qui offre un maximum de sécurité avec quelques différences par rapport au cdi classique, le statut auto-entrepreneur (rebaptisé micro-entrepreneur) permet de se lancer avec peu de contraintes. L’autre alternative est de se tourner vers un statut de création d’entreprise pour indépendant (individuelle, eurl…). Voici un tableau comparatif pour vous aider à y voir plus clair.

  Portage salarial 
 IndépendantMicro-Entrepreneur
Qui est concerné ?Toute personne désirant exercer une activité commerciale, artisanale ou libéraleToute personne désirant exercer de manière indépendante avec les avantages du statut de salariéToute personne désirant exercer une profession commerciale, artisanale ou libérale
Quelle activité ?Tous types de prestations de services intellectuelles ou manuellesTous types d’activités sauf les professions réglementéesTous types de prestations de services intellectuelles ou manuelles
Quelle rémunération ?Revenu compris entre 60 et 65% du CA HT Attention : charges à payer en N+1Salaire environ égal à 50% du CA HTRevenu environ égal à 77% du CA HT Attention : charges à payer chaque mois ou chaque trimestre
Quel plafond de chiffre d’affaires ?Aucun plafondAucun plafond72 500€ pour les prestations de service (dont 34 400€ en franchise de TVA)
Quel régime social ?Protection sociale limitée. L’indépendant cotise au RSI (Régime social des Indépendants). Pas d’assurance chômageStatut de salarié avec la protection sociale correspondante (assurance chômage, retraite, prévoyance, …)Protection sociale limitée. L’indépendant cotise au RSI (Régime social des indépendants). Pas d’assurance chômage
Quelle comptabilité ?Comptabilité détaillée, il est fortement conseillé de faire appel à un expert comptable. Cotisations provisionnelles à payer même s’il n’y a aucune activité.Pas de comptabilité, vous êtes salarié d’une société de portage qui gère tous les aspects administratifs et comptables liés à votre activitéGestion comptable minimum à assurer
Quelle responsabilité financière ?Sur la totalité du patrimoine, sauf avis notariéAucune responsabilité financièreSur la totalité du patrimoine, sauf avis notarié

Quels services sont proposés au consultant porté ?

  • Portage salarial
  • DUE
  • Gestion sociale et fiscale
  • Contrats
  • Facturation
  • Paie
  • Accompagnement du consultant
  • Suivi personnalisé
  • Mise à disposition de locaux
  • Pôle de compétences
  • Formations
  • Bureau virtuel (suivi en ligne)
  • Services financiers
  • Gestion des frais
  • Règlement du salaire par avance
  • Gestion des recouvrements
  • Options forfaitaires
  • Comité d’entreprise
  • Complémentaire santé
  • Outils de communication (plaquette, site Internet, …)

Comment bien choisir une société de portage salarial ?

Depuis la création du portage salarial en 1980 et avec le renforcement continu de son cadre réglementaire, le nombre d’acteurs sur le marché a considérablement augmenté. Le choix du meilleur partenaire doit donc se faire avec soin, sur la base des critères suivants :

  • Les frais de gestion
    En échange de ses services, la société de portage prélève un certain pourcentage du chiffre d’affaires de chaque salarié porté. Ce taux varie va généralement de 5 % à 15 %. À chacun d’arbitrer entre une palette large de prestations et des revenus optimisés. Attention, des frais trop bas peuvent cacher des défaillances.
  • L’étendue de son offre de services
    Outre la prise en charge de toutes les questions administratives, une société de portage doit fournir au salarié porté une protection sociale complète, incluant une bonne complémentaire santé. Elle a également l’obligation de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle qui couvre tous ses collaborateurs portés. Ses services peuvent également inclure la formation, un accompagnement sur mesure.
  • L’ancienneté
    Les établissements ayant une solide expérience possèdent une meilleure connaissance des attentes des clients. Elles orientent ainsi plus judicieusement les formations des consultants portés afin d’améliorer la qualité de leurs services et les adapter aux exigences des entreprises utilisatrices.
  • La diversité du portefeuille clients
    Les clients de certaines sociétés de portage appartiennent à des secteurs d’activité très variés. Pour le salarié porté, les opportunités d’exploiter toutes ses compétences et développer sa polyvalence, ou de rester dans son domaine de prédilection sans risque de manquer de missions, sont plus nombreuses.

Quels sont les principaux avantages du portage salarial pour le salarié porté ?

avantages portage salarial

Sécurité de l’emploi

Le statut de salarié porté est avant tout synonyme de sécurité de l’emploi grâce à la signature d’un contrat de travail avec l’EPS. En optant pour ce statur, le consultant perçoit non seulement un revenu mensuel en fonction de ces missions, mais en plus, il garde tous les avantages sociaux d’un salarié classique.

Protection sociale

Il bénéficie d’une assurance maladie grâce à l’affiliation du régime général de la Sécurité sociale, d’une mutuelle, cotise chaque mois pour sa retraite, perçoit les prestations Pôle Emploi et les allocations chômage. En cas d’arrêt maladie, il peut aussi percevoir des indemnités journalières. Il est couvert par l’assurance responsabilité civile que chaque société de portage est tenue de souscrire. Le portage salarial est également un atout pour le freelance quand il souhaite obtenir un prêt immobilier, grâce à son CDI et sa fiche de paie mensuelle.

Autonomie et liberté

Le salarié est totalement autonome. N’étant soumis à aucun lien hiérarchique, il n’a pas à suivre de directives ou un planning précis dans ses tâches quotidiennes. De même, il n’a pas de comptes à rendre à un supérieur. Comme tout indépendant, il définit librement son rythme de travail, ce qui lui laisse la possibilité de consacrer davantage de temps à ses loisirs, à sa famille, un aspect devenu essentiel depuis la pandémie.

Accès à la formation

À l’instar d’un salarié classique, le salarié porté a droit à la formation professionnelle pour assurer sa montée en compétence régulière et se mettre à niveau en cas d’évolution réglementaire, d’introduction de nouvelles technologies, de nouvelles pratiques. Il est ainsi en mesure d’offrir une qualité de services élevée en toutes circonstances, et de répondre aux attentes fluctuantes de sa clientèle afin de lui donner satisfaction et la fidéliser.

Gain de temps

Le portage salarial permet aussi d’être indépendant sans les contraintes administratives habituelles. Grâce à son statut de porté, le professionnel gère son travail sans aucune paperasse. Il n’a pas à souscrire à un crédit pour obtenir un fonds de démarrage ni créer une structure juridique pour se lancer. Il n’a pas de comptabilité à tenir ni de factures à encaisser. Tout l’aspect administratif, juridique et financier de chaque mission est géré par l’établissement de portage. Il peut donc se consacrer entièrement à la réalisation de ses missions, à la gestion de sa clientèle et à l’évolution de son activité, c’est-à-dire à la prospection et la négociation de nouvelles missions.

Toujours accompagné 

Pour autant, la solitude n’est pas forcément le lot du salarié porté autonome. Au contraire, il intègre une communauté de consultants issus d’horizons très divers et spécialisés dans diverses disciplines. Il a l’occasion de les rencontrer et d’échanger avec eux durant les évènements organisés par la société de portage. Cette communauté représente une source importante de nouvelles missions et favorise la constitution d’équipes ponctuelles collaborant sur un projet d’envergure.

Il s’agit donc d’une opportunité pour ceux qui souhaitent devenir consultant indépendant, tester la faisabilité et la pérennité de leur activité, sans avoir à créer d’emblée une structure juridique.

En résumé, voici les principaux avantages offerts par la convention de portage qui le cadre de vos relations avec ABC Portage :

  • Accès à l’autonomie professionnelle ;
  • Couverture sociale du salarié ;
  • Sécurité juridique (Assurance responsabilité civile professionnelle) ;
  • Simplicité administrative ;
  • Rémunération sécurisée ;
  • Plus de temps pour développer son activité ;
  • Accompagnement sur mesure par des conseillers experts rattachés aux responsables de ressources humaines et aux directeurs régionaux de la société de portage

Quels sont les principaux avantages du portage salarial pour les entreprises ?

Les entreprises qui recourent au portage salarial en tirent de multiples avantages :

  • La flexibilité : elles font appel à cet intervenant externe, principalement pour des projets spécifiques pour lesquels elle ne dispose pas des compétences nécessaires en interne. Elles n’ont donc pas besoin de se soucier de la gestion de ces ressources sur le long terme.
  • La maîtrise des coûts : le consultant porté est sollicité pour une durée déterminée et le montant de ses honoraires est connu à l’avance. L’entreprise ne risque donc aucun surcoût imprévu. De plus, dans la mesure où elle n’embauche pas ce professionnel à plein temps, sa masse salariale et ses charges fixes (liées à l’achat d’équipement informatique, à l’aménagement d’un poste de travail…) ne sont pas impactées.
  • L’accès à une expertise pointue ou rare : dans un contexte de pénurie de talents dans de nombreux secteurs et métiers, se tourner vers le portage salarial permet d’accéder à des profils de haut niveau.
  • Les contraintes administratives sont entièrement prises en : la rédaction des documents, la déclaration d’embauche, les déclarations sociales et fiscales, le versement des cotisations et contributions sociales, le paiement du revenu, l’établissement de la fiche de paie.

Quels sont les garanties et services pour le salarié porté ?

La société de portage fournit différents services au salarié porté :

  • la rédaction des contrats ;
  • la gestion sociale et fiscale ;
  • la gestion des frais professionnels ;
  • la facturation des prestations et le recouvrement ;
  • la transformation de son chiffre d’affaires en salaire;
  • la formation sur des thématiques générales (rédaction d’une offre commerciale, négociation…) ;
  • au besoin, la mise à disposition de locaux et des équipements bureautiques nécessaires ;
  • l’accompagnement pour la recherche de missions et pour se développer, ainsi que pour la création de supports de communication (plaquette, site internet…) ;
  • le règlement de la paie par avance, indépendamment du paiement des clients, notamment si des facilités lui ont été consenties au départ ;
  • l’accès aux services du CE ;
  • l’adhésion à une complémentaire santé ;
  • la souscription d’une assurance responsabilité civile professionnelle pour dédommager les éventuelles conséquences pécuniaires des actions de ses salariés ;
  • la prise d’une garantie financière auprès d’une mutuelle, d’une compagnie d’assurance ou d’un établissement financier afin de garantir le paiement des salaires des collaborateurs portés. Le montant de cette caution doit être supérieur ou égal à 10 % de la masse salariale au titre de l’année précédente.

Quelles sont les limites et risques du portage salarial ?

Si les avantages du portage salarial sont indéniables pour le consultant et le client, le système présente quelques limites :

  • Trois types de prestations ne sont pas éligibles au statut de salarié porté : les professions réglementées, le négoce et les services à la personne.
  • Pour garantir le revenu minimum mensuel imposé par la convention du portage, les travailleurs portés doivent fixer au minimum un tarif journalier de 300 €. Il est donc impossible d’y recourir pour des prestations faiblement rémunérées.
  • Afin de financer leur couverture sociale étendue, le taux des cotisations et contributions sociales obligatoires pour les consultants portés (40 % du chiffre d’affaires hors taxes) est supérieur à celui des indépendants. En outre, la société de portage prélève entre 5 % et 15 % du montant facturé aux clients au titre de ses frais de gestion.
  • Dépendant entièrement des missions effectuées et des honoraires convenus, le revenu mensuel perçu est variable, au contraire du salaire d’une personne en CDI « classique ».
  • La durée de la prestation est limitée à 3 ans. Le recours au portage salarial est restreint aux besoins ponctuels ne relevant pas de l’activité habituelle et permanente de l’entreprise cliente lorsqu’elle ne possède pas les compétences en interne. Il est notamment interdit de faire appel à un consultant porté pour remplacer un salarié en grève, mais également pour la réalisation de dangereux.

Résumé du portage salarial en 5 questions

  • Comment fonctionne le portage salarial ?

Il repose sur une relation tripartite qui permet à un travailleur en freelance d’effectuer une mission pour une entreprise, mais en confiant la contractualisation à une société de portage. Cette dernière établit le contrat de travail avec le consultant et celui de prestations avec le client. Elle facture ce dernier en fin de mission et verse la rémunération du consultant après les différents prélèvements.

  • Qui peut faire du portage salarial ?

Il s’adresse à différents profils : consultants, cadres en reconversion ou en recherche d’emploi, créateurs d’entreprise retraités, jeunes diplômés. Ils doivent justifier d’une expertise et d’une expérience suffisante, et avoir la capacité de travailler de manière autonome. Le métier exercé doit également être éligible au portage, car des restrictions existent (professions réglementées, services à la personne).

  • Comment est calculé le salaire ?

La rémunération du consultant dépend directement des honoraires facturés au client. Après déduction des différentes charges, la société de portage verse un salaire au collaborateur porté (environ 50 % de son chiffre d’affaires hors taxes). La convention prévoit un revenu minimum correspondant à 75 % du Plafond de la Sécurité sociale (PSS), soit 2 568 € brut pour 2022.

  • Pourquoi faire du portage ?

Le portage salarial permet à l’indépendant d’être totalement autonome tout en étant parfaitement sécurisé sur le plan social. Il n’a pas besoin de créer d’entreprise ou d’investir pour démarrer son projet . La société de portage s’occupe de toutes les questions administratives, permettant au salarié porté de se concentrer sur ses missions et sur la prospection.

  • Le portage salarial est-il risqué ?

L’irrégularité des revenus constitue un risque important en portage salarial, car ils dépendent des missions et des honoraires pratiqués. En outre, le chiffre d’affaires doit être suffisamment important pour couvrir des cotisations sociales élevées (environ 40 % du montant facturé hors taxes) et couvrir le revenu minimum conventionnel.

Avis de nos salariés portés

Témoignages clients


Emmanuel DELMAS - Consultant vin et sommelier

"N’ayant ni le temps ni l’envie de monter ma propre structure pour facturer mes prestations d’animations et de formations d’œnologie, le choix du portage salarial s’est présenté comme une évidence. J’ai pu conserver un revenu fixe, un statut de salarié et bénéficier de formation. Inscrit depuis plusieurs années chez ABC Portage, l’équipe m’a toujours soutenu et accompagné dans mon projet. Mon chargé de compte gère parfaitement la partie administrative de mon activité, dans la plus grande flexibilité. Photo copyright Loran Dherines

témoignage Emmanuel Delmas

Aurelie BORDIER - Human Resources Manager – Technicon Design

"Le recours au portage permet une flexibilité certaine à l’entreprise. La démarche est très simple notamment pour le consultant qui ne souhaite pas créer immédiatement son entreprise. Nous travaillons avec ABC portage depuis quelques années, la qualité des échanges et les conseils apportés sont toujours aussi clairs et transparents.

Témoignage Aurélie Bordier

Alexandra Schönborn-Guichard - Consultante en stratégie de marque et Identité Verbale

"Associée mais souhaitant changer la mesure de mon salariat et être libre d'intervenir sur des consultings plus diversifiés (coaching, international)  j'ai choisi l'option du portage salarial. ABC Portage m'apporte aujourd'hui tout le soutien et la tranquillité d'esprit que j'attendais. J'apprécie notre relation au quotidien comme dans les moments qui réclament souplesse et réactivité. C'est un partenaire efficace qui m'apporte toujours les bonnes réponses et les bonnes solutions. Et toute l'équipe est vraiment sympathique...!

Témoignage Alexandra Schönborn-Guichard
Ajustez pour changer votre salaire
Mode de facturation
Au forfait Tarif journalier
Chiffre d'Affaires réalisé par mois
- de CA + de CA
Frais professionnels
Non Oui
Plus de
7800 consultants
Parcours
de formation
Compte
d’activité en ligne
Offres
de missions
Label PEPS
J'obtiens le meilleur salaire possible

On vous dit tout sur le portage salarial !

1 conseiller à votre écoute
J'obtiens le meilleur salaire possible
1 processus 100% dématérialisé

Nos références