Quel sont les démarches se lancer à son compte dans le digital ?

Quand on veut débuter son activité de Freelance digital, on se pose en général plein de questions, et c’est bien normal. Peut-être avez-vous peur de vous lancer, car ce saut dans l’inconnu vous effraie. Pas de panique, nous allons voir ensemble comment vous y prendre. Vous allez trouver dans ce chapitre un certain nombre de conseils qui vont vous aider à mettre les choses en place et à les faire dans le bon ordre pour maximiser vos chances de succès. Il faut savoir que de plus en plus de Français souhaitent créer leur entreprise : entre 2000 et 2013, le nombre de travailleurs indépendants a cru de 85% ! C’est un très bon indicateur que les mentalités sont en train de changer en France.

Comprendre et trouver ces motivations !

La première étape, c’est déjà de trouver ses motivations : pourquoi est-ce que vous voulez devenir freelance digital ? Qu’est-ce qui vous motive ? Est-ce que vous êtes en quête d’une plus grande liberté, est-ce que vous voulez donner du sens à ce que vous faîtes ?

Gagner plus ? Il faut vous interroger là-dessus pour trouver votre «Pourquoi». Prenez le temps de poser les choses sur le papier ou sur votre bloc-notes préféré. Une bonne question à se poser est : «Qu’est-ce que je recherche en créant mon activité ?» Ensuite, Il faut :

  • Définir une stratégie
  • Étudier votre marché
  • Chercher des informations
  • Inspirer les bonnes pratiques
  • Participer et poser des questions sur
    les forums spécialisés etc.

Créer son entreprise est une aventure excitante, c’est certain, surtout au début, lorsque des difficultés vont surgir, et alors vous aurez peut-être
des doutes et l’envie de tout arrêter si votre projet n’avance pas… C’est pourquoi vous devez avoir de fortes motivations pour continuer d’avancer dans ces moments de doutes. Trouvez en vous les ressources et cultivez la force de caractère qui vous fera continuer, garder le cap et relever la tête en cas de difficultés. Pour vous aider, je vous recommande d’aller faire un tour sur Business Temple le site de David Lévesque, un entrepreneur qui veut aider les entrepreneurs comme lui à réussir !

Digital 5

Choisir votre statut juridique

Pour commencer à exercer votre activité, notamment quand il va s’agir d’établir des devis et des factures, il va vous falloir un statut juridique pour être en règle. Il n’existe pas de statut «idéal», chacun a ses avantages et ses inconvénients. Ce qui compte, c’est que vous choisissiez le bon statut en fonction de votre situation personnelle et de vos objectifs.

Pour résumer, il existe 3 grandes familles de statuts juridiques :

  • L’Entreprise individuelle : EI et Micro- entreprise, qui permettent à des entrepreneurs individuels de créer leur activité sans se lancer dans les démarches plus lourdes, coûteuses et contraignantes de la création d’une société.
  • Les sociétés : SARL/EURL/EIRL/SAS/SASU pour des projets plus ambitieux, nécessitant des fonds plus importants et avec la possibilité d’avoir des associés, mais qui sont plus coûteuses et contraignantes à gérer à cause de nombreuses obligations juridiques fiscales et sociales.
  • Le portage salarial, statut hybride, combinant la liberté de l’entrepreneur et la protection et avantages sociaux du salariat, qui permet de créer son activité freelance dans le
    digital sans toutes les contraintes pesant sur les autres statuts. Quand on se lance comme Freelance, le statut micro-entrepreneur
    peut sembler le plus approprié. Sa simplicité de création et de gestion en fait un statut idéal pour les porteurs de projets, avec des charges forfaitaires sur son chiffre d’affaires.

Si l’Entrepreneur ne dégage de pas de chiffre d’affaires il n’y a pas de charges à payer. On est aussi exonéré de la TVA et on peut tenir sa comptabilité de manière simplifiée sans avoir recours à un comptable. En revanche, le développement de son entreprise peut être entravée par le plafonnement du chiffre d’affaires et par l’impossibilité de s’associer ou d’embaucher une personne. De plus, avec ce statut, il n’est pas possible de déduire ses frais professionnels pour se les faire rembourser. Enfin, en micro-entreprise, vous êtes imposé sur le chiffre d’affaires et non pas sur les bénéfices

Si vous n’avez pas de patrimoine personnel par exemple, peu vous importe de choisir un statut qui prévoit la non-responsabilité sur son patrimoine personnel. Sauf si, biensûr, vous comptez vous constituer un patrimoine dans les années à venir… mais c’est loin d’être le seul critère à prendre en compte !

Le portage salarial tire son épingle du jeu !

En général, devoir choisir entre l’entrepreneuriat et le salariat revient à devoir faire une croix sur la sécurité au profit de la liberté ou inversement. Il existe pourtant une alternative qui réconcilie le meilleur des deux mondes : c’est le statut du portage salarial. D’un côté, il permet au freelance d’avoir tous les avantages d’un salarié, étant lui-même salarié de la société de portage c’est-àdire : protection sociale au régime générale de la Sécurité sociale, droit au chômage, fiche de paie et salaire qui tombe chaque mois…

Et de l’autre, il demeure un indépendant totalement libre de ses horaires, de sa politique tarifaire ou commerciale par exemple. C’est la spécificité du portage salarial, statut hybride par nature. Il bénéficie donc des avantages suivants :

  • Une prévoyance pour prévenir tout risque lié à ses déplacements professionnels,
  • Une assurance chômage,
  • Des congés payés,
  • Des cotisations pour la retraite,
  • Une mutuelle complémentaire d’entreprise,
  • Une assurance responsabilité civile professionnelle.

Bien que l’indépendant signe un contrat de travail avec la société de portage, celle-ci n’intervient que pour prendre en charge sa comptabilité et sa gestion administrative. Pour cela, il signe également un contrat de prestation de services avec l’entreprise cliente.

Le freelance reste seul maître à bord pour tout le reste. Il demeure entièrement libre d’accepter ou de refuser les missions qui peuvent lui être proposées. De même, le freelance en portage salarial, peut organiser son emploi du temps comme il le souhaite, poser les jours de congés qu’il veut dans la limite des 5 semaines de congés payés pour profiter des vacances scolaires de ses enfants par exemple. Exercer en portage salarial est également un excellent moyen de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale sans prise de risques. En effet, la création d’une entreprise représente un investissement à la fois sur le plan financier mais également sur le plan humain.

Vous n’avez pas besoin de créer votre structure juridique car vous pouvez utiliser le numéro SIRET de la société de portage. Votre activité indépendante débute à la signature de votre première mission. Vos honoraires de mission sont transformés en salaire par la société de portage qui édite ensuite votre bulletin de salaire. Il est ainsi beaucoup plus facile de convaincre une banque de vous prêter de l’argent ou bien d’obtenir un logement quand on dispose de fiches de paie !

Pas de risques d’impayés non plus : c’est la société de portage qui s’occupe de recouvrer vos créances auprès des clients ! Autre avantage non négligeable : en portage salarial, vous n’êtes jamais livré à vous-même : vous bénéficiez de formations et d’ateliers pour monter en compétences.

Vous pouvez travailler en mode projet avec d’autres freelances et constituer ainsi facilement votre réseau. La seule tâche qui vous incombe consiste à déclarer vos frais professionnels et le nombre d’heures travaillées dans un compte-rendu d’activité mensuel. C’est donc une véritable tranquillité d’esprit par rapport aux autres statuts.

Prenez le temps de faire votre calcul

Bien entendu, vous devez faire vos calculs de prix de revient, de taux horaire etc. Pour calculer votre taux horaire, le statut juridique que vous avez choisi peut entrer en ligne de compte, notamment parce que la fiscalité ou les charges sociales seront plus ou moins lourdes.

Définir votre stratégie pour attaquer votre marché

Le plus important dans tout ce processus, c’est peut-être de définir votre client idéal, la fameuse «persona». Prenez un stylo et un carnet de notes et couchez sur le papier : Quel serait votre client idéal (type, secteur, besoins etc.) quelles sont les caractéristiques des clients avec lesquels vous voulez travailler et ceux avec qui vous ne voulez surement pas travailler (au hasard… l’Etat ?) Pourquoi serait-il prêt à vous choisir vous ? Quelles sont ses frustrations ? Quelles sont ses peurs et ses objections ? Comment allez-vous faire la différence ? Comment allez-vous le démarcher ? (Téléphone, mail, réseaux sociaux etc.) Quel va être votre argumentaire ?

Bref, pour vous démarquer dans la jungle du freelancing, cherchez quelle valeur ajoutée vous allez apporter à vos futurs clients. Voici une méthode pour vous aider à réfléchir sur la question. https://www.easybear.fr/blog/commentcreer-persona.

Vous pouvez aussi réaliser un sondage en ligne avec un outil comme Google Forms et poser des questions à vos prospects. Vous pouvez même leur offrir un cadeau en échange de leur participation à votre enquête et commencer à collecter des adresses e-mails.

Prévoir un fond d’urgence

Quand on démarre son activité, il peut s’écouler plusieurs mois avant que l’on commence à encaisser ses premiers revenus. Il est donc important de pouvoir «tenir» sans encaisser de revenus au départ. Vous devez donc prévoir au moins 3 ou 6 mois de trésorerie d’avance pour pouvoir faire face aux dépenses du quotidien et à d’éventuels investissements. Bref, une épargne de précaution professionnelle.

Commencer à rechercher les bonnes pratiques

Vous devez vous intéresser aux bonnes pratiques de vos pairs qui se sont déjà lancés dans l’entrepreneuriat avant vous et qui ont réussi. Il existe de nombreux blogs sur le sujet qui sont des mines
d’informations !

S’organiser en freelance !

Passer du salariat au Freelancing, c’est un sacré bouleversement ! Tout d’un coup, on ne vous fournit plus du travail comme quand vous étiez salarié et vous devez «aller chercher» votre salaire. Vous n’avez plus de chef sur le dos à vous dire ce que vous devez faire, vous êtes seul maître à bord. Cela a des avantages et des inconvénients.

C’est à vous de prospecter, de faire votre étude de marché, des devis, des propositions commerciales etc. Bref, cela réclame des qualités humaines d’auto-discipline, de capacité d’organisation, d’analyse. Démarrer une activité de Freelance digital, cela demande de :

  • Prospecter pour trouver des clients
  • Gérer le service après-vente
  • Être présent sur les réseaux sociaux
  • S’occuper du développement commercialde son affaire etc.

Comme vous l’avez constaté dans la fixation de votre taux horaire, vous ne pourrez pas passer 100% de votre temps dans la production, c’est-à-dire votre coeur de métier, le travail pour lequel on va vous payer. Car il y a tout le reste (administratif et comptabilité – si vous n’êtes pas en portage salarial – prospection commerciale, se rendre à des salons professionnels et autres événements, gérer et maintenir votre site etc. Sans une bonne organisation, vous ne pourrez pas réussir dans votre activité. Aujourd’hui, ce ne sont pas les outils qui manquent pour ça ! Les outils disponibles sont en effet incroyablement ergonomiques et faciles d’utilisation. Pour faire des to-do list par exemple, vous pouvez utiliser des outils comme Evernote ou Google keep.

Pour travailler en mode collaboratif, vous pouvez le faire très facilement sur WordPress et utiliser la suite bureautique de Google drive enfin pour travailler en mode projet à plusieurs, Trello sera parfait ! Si vous êtes un blogueur professionnel par exemple, vous pouvez utiliser ce logiciel gratuit non seulement comme agenda mais comme calendrier éditorial.

Trouver des clients

Eh oui, sans clients, il n’y a pas de business qui tourne ! C’est pour ça que définir son persona est une étape très importante. Cela vous donnera une direction précise dans laquelle commencer votre prospection. Pour trouver des clients, vous pouvez commencer par : Prévoir vos cartes de visites à distribuer sur les salons et les événements auxquels vous participez.

  • Créer votre site internet et le faire connaître
  • Créer des profils sur les réseaux sociaux et être actif, interagir avec les autres
  • Prospecter par e-mail ou téléphone
  • Créer des partenariats
  • Rejoindre un réseau d’entrepreneurs

Il vous faudra appréhender les techniques webmarketing pour trouver de nouveaux clients en collectant des adresses e-mails par sondage comme nous l’avons vu plus haut ou sur une page d’atterrissage externe ou sur votre blog. Pour cela, rien de mieux que de fréquenter les innombrables blogs sur le sujet !

La relation client

Essayez, dans la mesure du possible de standardiser votre travail avec les clients. Par exemple, prévoyez un jeu de questions déjà écrites pour mener vos entretiens avec les prospects. Fixez-vous des échéances de rappels et établissez de quoi vous allez parler pour chaque entretien. Préparez un modèle à trous pour vos propositions commerciales.

Soyez exigeant et ne prenez pas une mission qui ne vous emballe pas, ou pour laquelle vous n’auriez pas les compétences requises. Demandez une recommandation ou un témoignage en fin de mission si tout s’est bien passé. Pour être sûr d’être payé – hors portage salarial – demandez toujours un acompte de 50% du prix à la réservation et livrez le travail une fois que le client vous aura réglé le solde. Cela vous évitera des problèmes pour recouvrer vos créances.

Conclusion

Le secteur des métiers du digital est en forte croissance et il y a actuellement une pénurie de profils qualifiés dans ce secteur. 900.000 recrutements sont prévus par an durant ces prochaines années. En effet, la transformation digitale du marché du travail s’effectue à marche forcée et touche tous les secteurs d’activité, y compris les métiers manuels. Si les métiers numériques attirent et séduisent notamment en raison des fortes rémunérations proposées, ce sont souvent des métiers techniques et pointus qui nécessitent un niveau Bac+5/6 et une certaine expérience.

Se lancer en tant que Freelance dans le digital est une excellente solution, encore faut-il choisir le bon statut en fonction de sa situation personnelle et de ses objectifs. Il n’y a pas de statut «idéal» mais chacun présente des avantages et des inconvénients. Pour faire votre choix, n’hésitez pas à consulter un expert-comptable, car un mauvais choix de statut peut impacter votre vie personnelle de manière sensible.

Lorsque vous aurez décidé de sauter le pas, une bonne préparation pour vous lancer dans l’entrepreneuriat est nécessaire. Gardez à l’esprit que vous êtes seul maître à bord et donc seul responsable de vos choix et décisions !

Pour devenir Freelance, vous devrez réunir un certain nombre de qualités personnelles et accepter d’endosser de multiples casquettes en plus de votre métier (commercial, relations publiques, web marketeur, rédacteur web etc). Mais le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est d’être curieux et de toujours être en veille pour apprendre. Bref, d’investir en vous, dans votre formation. Surtout avec les métiers du digital !

Événements

Lille
22/10/2019
Réunion d'information sur le portage salarial

Chaque mois, ABC Portage organise des réunions d´information dans les grandes villes de France et en visioconférence...

Visio conference
24/10/2019
Réunion d'information sur le portage salarial

Chaque mois, ABC Portage organise des réunions d´information dans les grandes villes de France et en visioconférence...

Toulouse
29/10/2019
Réunion d'information sur le portage salarial

Chaque mois, ABC Portage organise des réunions d´information dans les grandes villes de France et en visioconférence...

Simulez votre salaire

EN PORTAGE SALARIAL !

FICHE PRATIQUE CONSULTANT

Besoin de conseils pour développer
votre activité de consultant ?

Télécharger

Notre newsletter


ESPACE CONSULTANT

Créez, développer et gérez votre activité de
consultant grâce au bureau virtuel ABC Portage

Découvrir