Bilan de compétences

Bilan de compétences

Lors d’un bilan de compétences, un actif a l’occasion de recenser l’ensemble de ses aptitudes. Il se fait accompagner par un consultant pour aboutir à la formulation de son projet professionnel. À défaut, un plan de formation peut être envisagé. L’ensemble du procédé peut coûter jusqu’à 2 800 euros HT. Différents organismes peuvent toutefois se charger de son financement.

Après plusieurs années dans une branche d’activité ou une entreprise, de nombreux professionnels émettent le souhait de faire évoluer leur carrière. Il peut s’agir par exemple d’un avancement au sein de la même structure via une promotion interne. D’autres peuvent prévoir de changer de secteur, ce qui nécessite de vérifier la viabilité de leur projet. Pour mieux s’orienter, ils doivent se servir de différents outils d’aide à la décision.

Pour réussir cette démarche, il existe un dispositif dédié : le bilan de compétences. Il s’agit d’un moyen qui permet de réfléchir sur ses acquis pour pouvoir se préparer à l’avenir professionnel.

Qu’entend-on par bilan de compétences ?

Le bilan de compétences représente un parcours pendant lequel un professionnel prend du recul sur sa carrière. Il peut s’effectuer pendant ou en dehors des heures de travail. Cette démarche fait souvent suite à des changements de situation ou d’attentes, comme un licenciement ou une reconversion. Le professionnel se fait alors guider par un consultant dans le cadre de différents entretiens individuels. Cet expert fournit toute l’aide nécessaire pour mettre en valeur l’expérience de l’accompagné. Son rôle de conseiller professionnel lui permet aussi d’émettre des recommandations quant à l’orientation à prendre.

À l’issue d’un bilan de compétences, un document de synthèse est remis au demandeur. Il contient, entre autres, un projet de formation ou professionnel formulé tout au long du parcours de réflexion. Ces résultats demeurent confidentiels.

Qui peut faire un bilan de compétences

Le bilan de compétences s’adresse à tous les professionnels, quels que soient leur statut et leur secteur d’activité. Le procédé est donc ouvert :

  • Aux salariés du secteur privé ;
  • Aux fonctionnaires, agents non titulaires et autres salariés du secteur public ;
  • Aux demandeurs d’emploi ;

Les salariés en CDI ou en CDD ont la possibilité de réaliser le bilan de compétences pendant les heures de travail. Une demande peut être adressée à l’employeur pour que la rémunération soit maintenue.

Le bilan de compétences peut d’ailleurs s’inscrire dans le plan de développement des compétences des entreprises. Il est également possible qu’il soit motivé par un éventuel reclassement. La demande d’effectuer le bilan peut alors émaner et celui-ci peut être financé par l’employeur.

Comment accéder au bilan de compétences ?

Les demandeurs d’emploi peuvent effectuer un bilan de compétences en adressant une demande à Pôle Emploi, Cap emploi ou APEC. Ils peuvent aussi recourir à d’autres types de bilans comme l’Évaluation des compétences et des capacités professionnelles (ECCP).

Un salarié peut effectuer un bilan de compétences sans en informer son employeur. Il doit toutefois se servir de ses droits de formation et programmer les entretiens en dehors des heures de travail. Le cas échéant, une demande doit être adressée à l’employeur au moins 60 jours avant le premier entretien. Un délai de 30 jours est accordé à ce dernier pour la valider ou la reporter.

Les salariés qui accèdent au bilan de compétences doivent justifier une certaine période travaillée selon leur situation. Pour les salariés en CDI, par exemple, avoir exercé une activité pendant au moins 5 ans est exigé.

Si le bilan se fait à la demande de l’entreprise, il faut le consentement du salarié. À noter qu’un éventuel refus n’est pas considéré comme une faute.

Quelles sont les étapes du bilan de compétences ?

Un bilan de compétences se décline en 3 étapes obligatoires. La phase préliminaire est la première. Le travailleur fait alors part de ses besoins et de ses motivations au consultant. Les objectifs et le déroulement des séances seront ensuite définis ensemble.

La deuxième étape consiste à analyser le parcours de la personne qui effectue le bilan. Il s’agit de la phase d’investigation où cette dernière devra réaliser une véritable introspection. Les compétences qu’elle a acquises tant sur le plan personnel et professionnel seront alors répertoriées. Cette phase permet aussi de déterminer sa personnalité, ses intérêts et son système de valeur.

Le bilan de compétences se termine par une phase de conclusion. Celui qui se fait accompagner peut disposer de la synthèse des informations qui ressortent de la phase précédente. Des possibilités d’orientation seront alors discutées pour aboutir à un plan d’action pour la mise en œuvre des projets définis.

Combien coûte un bilan de compétences ?

Le prix d’un bilan de compétences dépend des besoins et du profil du demandeur. Il sera alors communiqué après la phase préliminaire. Généralement, les tarifs oscillent entre 2 300 et 2 800 euros HT.

Pour le financement de cette évaluation, il est possible d’utiliser le Compte Personnel de Formation (CFP). Le bilan de compétences peut aussi être gratuit pour les demandeurs d’emploi. Leur conseiller doit préalablement juger de la nécessité de la démarche pour les aider à trouver un emploi.

Le bilan de compétence peut également être pris en charge par l’entreprise. Le salarié bénéficiera du financement d’un Organisme Paritaire au titre du Congé Individuel de Formation (OPACIF), comme le Fongecif. Pour chaque entretien, il peut s’absenter 24h sans répercussion sur son salaire.

Où peut-on faire un bilan de compétences ?

Le bilan de compétences ne peut pas être réalisé par l’entreprise dans laquelle le salarié travaille. Un prestataire externe doit en assurer l’exécution. Plusieurs établissements proposent d’ailleurs la réalisation de la démarche :

  • La plupart des organismes de formation ;
  • Les cabinets de recrutement ;
  • Les associations ;
  • Les centres institutionnels de bilan de compétences (CIBC), etc.

Pour déterminer vers quel organisme se tourner, il faut vérifier s’il est habilité par Fongecif ou l’OPCA. Le programme doit, en effet, être éligible au CFP. La proximité de l’établissement représente aussi un critère de choix. Il est préférable que les entretiens aient lieu près du domicile ou du lieu de travail.

S’intéresser à la réputation de l’établissement est également conseillé. Les avis des précédents clients peuvent en dire long sur la qualité des prestations.

Ajustez pour changer votre salaire
Mode de facturation
Au forfait Tarif journalier
Chiffre d'Affaires réalisé par mois
- de CA + de CA
Frais professionnels
Non Oui

Indépendant ou salarié ?

Optez pour les deux grâce au portage salarial

Plus de
7800 consultants
Parcours
de formation
Compte
d’activité en ligne
Offres
de missions
Label PEPS
J'obtiens le meilleur salaire possible

On vous dit tout sur le portage salarial !

1 conseiller à votre écoute
J'obtiens le meilleur salaire possible
1 processus 100% dématérialisé

Nos références