10 règles pour réussir professionnellement en portage salarial

Le 6 juillet 2020

10 règles pour réussir professionnellement en portage salarial

 

 

Le portage salarial est une organisation du travail qui mélange, avec équilibre, la liberté et la sécurité au niveau professionnel. Vous venez de conclure un contrat de portage salarial et souhaitez réussir avec ce statut ? Voici 10 règles pour construire les bases d’un succès sur le long terme en tant que salarié porté.

 

 

 

10 règles pour réussir avec un contrat de portage salarial

Travailler en portage salarial nécessite d’intégrer un ensemble d’éléments pour réussir et pérenniser son activité. Nous vous joignons 10 conseils à appliquer au quotidien pour votre activité.

1. Connaître la convention collective du secteur

Un consultant qui conclut un contrat de portage devient un « salarié porté ». Il accède ainsi à des droits nouveaux et à certaines obligations professionnelles. Afin de maîtriser toute l’étendue de ce statut, nous conseillons de consulter la convention collective des salariés en portage salarial.

Cette convention collective apporte beaucoup d’éléments de réponse concernant la rémunération, les droits aux congés, l’organisation quotidienne et les échanges avec l’entreprise de portage salarial employeuse.

2. Construire son offre commerciale

Il est essentiel, comme n’importe quelle entreprise, de réfléchir à son positionnement commercial. À ce titre, il convient de partir de ses compétences et expertises afin de bâtir une réponse à un ou plusieurs enjeux. Un salarié porté doit être en mesure de démontrer son apport expert lors de sa prospection commerciale. La définition de son offre est donc essentielle.

3. Identifier les logiciels et outils nécessaires à son activité

Les innovations technologiques ont révolutionné les pratiques professionnelles. Il existe désormais des outils et logiciels particulièrement performants et indispensables dans une activité. Dans un monde professionnel de plus en plus concurrentiel, il est donc très important d’identifier tous les logiciels permettant de réaliser les missions confiées.

Certains professionnels font même appel à des ingénieurs web pour concevoir des logiciels sur mesure, adaptés à leurs besoins spécifiques. Le développement de solutions technologiques internes comporte alors l’avantage non négligeable d’accroître sa crédibilité auprès de ses clients.

4. Mettre en place ses canaux de communication

La communication externe est essentielle pour se faire connaître et présenter son activité. Il n’est toutefois pas nécessaire d’être présent sur la totalité des plateformes et réseaux sociaux. Nous conseillons plutôt de tester chaque outil et de sélectionner ceux qui donnent les meilleurs résultats.

Par ailleurs, il convient de faire attention à l’e-réputation. Cette réputation numérique peut, si elle est négative, être dévastatrice pour le développement de son activité. La satisfaction de la clientèle doit donc être au cœur de ses exigences.

5. Analyser son marché et la concurrence

Comme dans n’importe quelle activité entrepreneuriale, il est essentiel de faire du « benchmarking ». Ainsi, un consultant en portage salarial doit analyser et évaluer son marché et ses concurrents. Cette évaluation doit répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les besoins actuels de la cible identifiée ?
  • Quelles sont les probables évolutions de la production/distribution/consommation sur ce secteur dans les années à venir ?
  • Quels sont les éléments d’explication de la réussite des concurrents ?

Cette analyse permet d’avoir systématiquement un temps d’avance et de se maintenir « au niveau » sur le long terme.

6. Évaluer précisément ses postes de dépenses

La détermination des dépenses va permettre d’identifier précisément le seuil de rentabilité de son activité. Parmi les dépenses principales d’un consultant, on peut retrouver :

  • Les coûts de location. En effet, le travail peut se faire dans un bureau ou un espace de coworking par exemple.
  • Les frais de déplacement. Un consultant peut se déplacer dans les locaux de ses clients, pour assister à une formation ou pour intervenir lors d’un événement.
  • Le budget publicité. Ce poste de dépenses peut être parfois obligatoire pour doper l’audience d’un professionnel.
  • Le petit matériel. Il convient de préciser que ce petit matériel peut s’intégrer dans les frais professionnels et faire l’objet de déductions fiscales.

Par ailleurs, le consultant en portage salarial doit aussi déterminer la rémunération nette qu’il souhaite. Il est important de prendre en compte l’ensemble des coûts salariaux en lien avec le portage salarial.

7. Organiser son temps de travail et ses périodes de congés

L’entrepreneuriat en portage salarial ne signifie pas de s’interdire tous congés ou temps de repos. Il est nécessaire d’organiser ses journées afin d’être le plus efficace possible sans empiéter sur sa vie personnelle.

Comme nous l’avons vu plus haut, les salariés en portage salarial ont droit à des congés payés. Ainsi, il est possible d’agencer son emploi de temps dans l’optique de se libérer complètement l’esprit durant ses vacances. Il s’agit d’un paramètre essentiel de bien-être permettant de durer.

8. Assister aux temps collectifs et conviviaux de la société de portage salarial

Les entreprises de portage salarial proposent, pour certaines d’entre elles, des temps de formation, d’information et d’échanges conviviaux. L’enjeu est de permettre aux salariés portés d’accéder à des outils, des techniques et des pratiques de travail facilitant le développement de leur activité.

Ainsi, un salarié porté peut s’informer sur les prochaines dates de ces temps collectifs. En règle générale, les dates sont données suffisamment à l’avance pour permettre d’y participer sans nuire à la réalisation de ses missions.

9. Suivre des formations pour gagner en compétences

La formation est un enjeu crucial dans le monde entrepreneurial. En effet, élargir ses compétences est toujours bienvenu pour s’ouvrir à d’autres segments de la clientèle. Il convient donc de percevoir les temps de formation comme un investissement nécessaire et pertinent.

Nous conseillons toutefois d’opérer une sélection et un tri, car toutes les formations ne se valent pas. Par ailleurs, il est tout à fait possible de demander des retours à des connaissances qui auraient suivi telle ou telle formation. L’enjeu reste de suivre des formations adaptées à son activité et à ses objectifs.

10. Effectuer une veille réglementaire et technologique sur son secteur

Enfin, en dernier point, il convient de ne pas oublier la veille réglementaire. Il s’agit alors de se tenir informé sur les évolutions législatives, de normes et de réglementation au sein de son secteur. Cette prise d’information permet ainsi d’anticiper les éventuels changements.

Il convient, en effet, de préciser qu’un changement réglementaire peut avoir des conséquences déterminantes sur une activité. Sur ce point, il existe des organisations associatives, syndicales ou professionnelles qui effectuent ce travail et peuvent apporter les informations nécessaires.



< Retour à la liste des actualités

Événements

Simulez votre salaire

EN PORTAGE SALARIAL !

FICHE PRATIQUE CONSULTANT

Besoin de conseils pour développer
votre activité de consultant ?

Télécharger

Notre newsletter